Image 1 of 1

OG2022B0029384.jpg

Beyhan Bastin, astrophysicienne, chargée de recherche CNRS.

"L’univers des deux infinis…
Je suis profondément émerveillée par la beauté des espaces infinis. Mon travail me permet de comprendre l’infiniment grand à partir de l’infiniment petit. Tenter de percer les mystères de l’Univers constitue mon quotidien. C’est fascinant d’étudier des phénomènes stellaires comme les novae, supernovae… Je m’interroge aussi actuellement sur l’idée qu’il puisse potentiellement y avoir une force supplémentaire dans la nature qui nous lie aux secteurs cachés de l’Univers. Mes aventures scientifiques je les partage avec mes collègues du GANIL mais aussi avec d’autres scientifiques situés un peu partout sur la planète, ce qui les rend encore plus motivantes. Femmes et hommes, nous sommes simplement animés par la même passion. Notre terrain de jeu, ce sont les accélérateurs de particules. Et je suis particulièrement heureuse de voir aujourd’hui des femmes, qui m’ont inspirée jeune, être pour la première fois à la tête de ces installations."
Copyright
Olivia Gay
Image Size
3000x2250 / 2.4MB
Contained in galleries
Équations, Université Caen-Normandie, 2021-2022
Beyhan Bastin, astrophysicienne, chargée de recherche CNRS.<br />
<br />
"L’univers des deux infinis…<br />
Je suis profondément émerveillée par la beauté des espaces infinis. Mon travail me permet de comprendre l’infiniment grand à partir de l’infiniment petit. Tenter de percer les mystères de l’Univers constitue mon quotidien. C’est fascinant d’étudier des phénomènes stellaires comme les novae, supernovae… Je m’interroge aussi actuellement sur l’idée qu’il puisse potentiellement y avoir une force supplémentaire dans la nature qui nous lie aux secteurs cachés de l’Univers. Mes aventures scientifiques je les partage avec mes collègues du GANIL mais aussi avec d’autres scientifiques situés un peu partout sur la planète, ce qui les rend encore plus motivantes. Femmes et hommes, nous sommes simplement animés par la même passion. Notre terrain de jeu, ce sont les accélérateurs de particules. Et je suis particulièrement heureuse de voir aujourd’hui des femmes, qui m’ont inspirée jeune, être pour la première fois à la tête de ces installations."